Distinction

Distinction vaudoise du patrimoine 2018

Le Comité de la section vaudoise de Patrimoine suisse a choisi de décerner la Distinction vaudoise du patrimoine 2018 aux restaurations exemplaires du Château de l’Aile et de la Salle del Castillo à Vevey. Dirigés respectivement par les bureaux AGN et architecum, les travaux ont sollicité le savoir-faire d’un grand nombre d’artisans de la région, issus de divers corps de métier. La Distinction sera remise aux maîtres d’ouvrage le samedi 21 avril à la suite de l’Assemblée générale.

Dans le cadre de la manifestation du « Clou rouge 2018 », les deux édifices seront ouverts au public de 12h30 à 17h30 (→ lien vers l’horaire des visites).

Communiqué de presse du 17 avril 2018:  « Château de l’Aile et Salle del Castillo à Vevey: Distinction vaudoise du patrimoine 2018 et portes ouvertes à l’occasion du Clou rouge ».

 

Le Château de l’Aile

De style néo-gothique, le château a été construit entre 1840 et 1846 sur les fondations d’un château du XVIIe siècle, lui-même établi sur les anciennes halles de la ville qui lui ont donné son nom. La propriété appartenait depuis la fin du XVIIe à la famille Couvreu. L’un de ses membres, Jacques-Edouard Couvreu (1803-1873), un banquier formé à Heidelberg et à Paris, découvre avec enthousiasme l’architecture gothique et néo-gothique anglaise lors d’un voyage en Angleterre entrepris en 1827. Rapidement, Couvreu projette de rénover l’ancienne bâtisse de l’Aile héritée de son grand-père. Le projet ne débute cependant qu’une douzaine d’années plus tard. Plusieurs architectes participent au chantier : outre le Veveysan Philippe Franel, on peut citer le Lausannois Henri Perregaux et le Genevois Jacques-Louis Brocher. De cette époque datent les façades en molasse richement sculptées ainsi que la décoration intérieure.

Le bâtiment, inscrit comme bien culturel d’importance nationale, est racheté par la Ville de Vevey en 1988 dans le but de le transformer en complexe hôtelier. Le projet ne se réalise pas, faute d’investissements. En 2007, le bâtiment est vendu à l’industriel et homme d’affaires Bernd Grohe, son propriétaire actuel. Celui-ci lance alors d’importants travaux de restauration qui dureront plus de huit ans (2009-2017). Les travaux, placés sous la responsabilité de Frédéric Gumy, ont été dirigés par les architectes Christophe Amsler et Marie Gétaz, du bureau AGN.

Château de l’Aile de Vevey après restauration. Photo François Bertin

Le fort de la restauration a porté sur l’enveloppe du château qui avait atteint un état de délabrement tel qu’il rendait l’approche de ses façades dangereuse. Leur réhabilitation ainsi que celle des toitures ont demandé aux ouvriers des prouesses artisanales. L’intérieur du château, intact dans son authenticité matérielle, a été scrupuleusement conservé : lambris de bois feint, plancher de marqueterie, plafond de stuc ou de papier plissé. Le souci de conservation a été poussé jusqu’aux installations techniques originelles du château, tel le chauffage à air chaud qui a été remis en fonction. Pour autant, ce respect de la substance historique et technique n’a pas empêché au confort actuel de faire son apparition : des cuisines performantes et de nouvelles salles d’eau ont été installées dans les étages. Ces apports contemporains ont été limités aux espaces qui, historiquement, étaient déjà occupés par de telles fonctions, de sorte qu’en aucun endroit du château le mode de vie contemporain ne dérègle la distribution originelle des pièces.

Aujourd’hui, le Château de l’Aile brille à nouveau de toute sa magnificence grâce au savoir-faire de l’ensemble des intervenants qui ont œuvré sur ce chantier d’exception, ainsi qu’à l’investissement sans faille de son propriétaire, qui a assumé seul l’ensemble des frais des travaux et a investi sans compter dans les sondages et les recherches historiques pour que les conditions de restauration soient idéales.

Liste des entreprises et artisans qui ont œuvré au chantier de restauration (document pdf).

Galerie d’images: avant, pendant, après les travaux (photographe François Bertin et Remy Gindroz)

« 1 de 4 »

 

La Salle del Castillo

Construite par l’architecte veveysan Charles Coigny dans le style beaux-arts, la Salle del Castillo doit son nom au comte Andrés del Castillo qui, en 1904, lègue à la Commune de Vevey un don pour la construction d’une salle de concert, projetée au nord du Château de l’Aile. Achevée en 1908, la salle connaît dès ses débuts un usage polyvalent qui se reflète dans son appellation de « Casino du Rivage ». On entrait par la place du Marché dans le vestibule-foyer qui débouchait sur la grande salle. Munie de grandes baies vitrées au nord, la salle était ornée d’importants décors en staff et de peintures allégoriques – aujourd’hui disparues – de l’artiste fribourgeois Marcel Chollet. L’édifice se terminait à l’ouest par un restaurant et une terrasse orientée sur le Jardin du Rivage. Lors d’importantes transformations réalisées entre 1949 et 1956, la toiture élancée surmontant l’entrée est remplacée par un fronton triangulaire, la marquise d’origine est substituée et les façades sont épurées. Le restaurant est démoli et remplacé par un nouveau bâtiment qui devient l’entrée principale et abrite également des salles de société.

La Salle del Castillo après travaux, Vevey. Photo Alexander Gempeler

En 2009, la Ville de Vevey lance un concours d’architecture pour repenser le futur de l’édifice devenu vétuste. Le cahier des charges prévoyait son assainissement complet, ainsi que la démolition du restaurant-foyer et des salles de société datant des années 1950. Lauréat du concours, le bureau architecum mené par Marion Zahnd et Daniel Furrer propose de placer deux salles de société au-dessus du vestibule et la troisième en sous-sol. Une nouvelle toiture, qui interprète de manière contemporaine la toiture d’origine, surmonte désormais le vestibule auquel on a redonné sa fonction d’entrée principale. Le projet de rénovation a aussi repensé intégralement la scénographie de la grande salle (tribune télescopique, scène modulable). Malgré leur état de délabrement, la majeure partie des décors en staff a pu être consolidée et conservée.

Les éléments anciens et contemporains forment désormais un ensemble particulièrement harmonieux. Grâce à ces travaux menés avec beaucoup d’intelligence, la Salle del Castillo, recensée en note 2 (d’importance régionale), a retrouvé aujourd’hui son lustre de la Belle Epoque.

Liste des entreprises et artisans qui ont œuvré au chantier de restauration (document pdf).

Galerie d’images: avant, pendant, après les travaux (photos architecum, Thomas Telley, Alexander Gempeler)

« 1 de 3 »

 

Liste des Distinctions

2016 – Les Archives de la construction moderne de l’EPFL (Acm)

Créées en 1988, les Acm sont une unité de l’Institut d’architecture à l’EPFL. Leur but est la collecte, la conservation et la mise en valeur du patrimoine constitué par les fonds d’archives des bureaux d’architectes, d’ingénieurs et ceux d’entreprises du secteur de la construction. De tels documents sont essentiels à la lecture, à l’analyse et à la compréhension de l’histoire de l’environnement construit et fondamentaux pour la recherche scientifique, la valorisation et la sauvegarde du patrimoine bâti.
→ Plus d’informations dans A Suivre n° 68 et A Suivre n° 64.

2014 – Le Guide architectural et paysager de Lavaux

Le Guide architectural et paysager est un outil très important pour tous les acteurs concernés par la conservation du site de Lavaux dans un environnement vivant mais respectueux du patrimoine.

2012 – Le Château de la Roche à Ollon

Proche de la destruction dans les années 1980, le Château de la Roche (XIIIe siècle) a été retenu pour sa restauration exemplaire, qui s’est faite avec des moyens limités grâce à une équipe passionnée et en grande partie bénévole.

2010 – Le bateau « La Suisse » et l’ensemble de la flotte « Belle Époque »

Dans le cadre de son centième anniversaire, la section vaudoise a voulu honorer la CGN et l’Association des Amis des bateaux à vapeur du Léman pour la restauration du bateau amiral « La Suisse » (1910) et la conservation de l’ensemble de la flotte « Belle Époque ».

2008 – La Salle de spectacles de Renens

La salle de spectacle de Renens (1955), qui se distingue par sa qualité architecturale, a fait l’objet une très belle restauration en 1998. La remise de ce prix s’insère dans le cadre de la campagne de Patrimoine suisse, l’Envol, qui a pour objectif de mettre en valeur l’architecture, trop méconnue encore, des années 1950.

2007 – Les décors peints de l’église de Daillens

La Société d’Art Public a décidé de soutenir «l’Association pour la rénovation du choeur de l’église de Daillens» pour son action en faveur des fresques de l’église du XIVe siècle qui étaient menacées de destruction.